You are here

Sex-specific differences in the association between childhood adversity and cardiovascular disease in adulthood: Evidence from a national cohort study

TitleSex-specific differences in the association between childhood adversity and cardiovascular disease in adulthood: Evidence from a national cohort study
Year of Publication2017
AuthorsGarad, Y., Maximova K., MacKinnon N., McGrath J. J., Kozyrskyj A. L., and Colman I.
JournalCanadian Journal of Cardiology
Volume33
Pages1013 - 1019
Abstract

Background Childhood adversity increases the risk for cardiovascular disease (CVD) in adulthood. Previously proposed mechanisms suggest that the association is mediated by stress reactivity–known to be higher in women–and is aggravated by adult stress, but this has not yet been confirmed. Therefore, we investigated sex differences to better understand possible pathways from childhood adversity to CVD. Methods The National Population Health Survey, a 15-year cohort study of Canadians aged 18-49 years at baseline was used. Logistic regression with interaction terms for sex and stressful life events was used to assess the risk of CVD after childhood adversity. In secondary analyses, we assessed mediation effects of depression, smoking, alcohol, exercise, and diet using the product of coefficient approach. Mediated moderation was subsequently used to explain sex-moderated effects. Results There was a strong association between childhood adversity and CVD (odds ratio [OR], 2.14; 95% confidence interval [CI], 1.56-2.94) for 3+ childhood adversities. The association was stronger with increasing stressful events, and female patients with 3+ stressful events exhibited the highest risk of CVD (OR, 4.40; 95% CI, 1.98-9.75). No association was found in men. Depression, smoking, and poor diet partially mediated the relationship between childhood adversity and CVD (14%, 9%, and 9%, respectively), but differences in these behaviours did not fully explain the sex-specific differences in the mediated moderation analysis. Conclusions The effect of childhood adverse events on CVD is heightened among women, particularly women with stressful adulthoods, and this difference is not mediated by depression, smoking, or poor diet. These findings have important implications for understanding sex differences in CVD risk. /// Introduction L'adversité durant l'enfance augmente le risque de maladies cardiovasculaires (MCV) à l'âge adulte. Les mécanismes antérieurement proposés indiquent que l'association est influencée par la réactivité au stress – connue comme étant plus forte chez les femmes – et qu'elle est aggravée par le stress vécu à l'âge adulte, mais ceci n'a pas encore été confirmé. Par conséquent, nous avons examiné les différences entre les sexes pour mieux comprendre les voies qui mènent probablement de l'adversité durant l'enfance aux MCV. Méthodes Nous avons utilisé l'Enquête nationale sur la santé de la population, une étude de cohorte sur 15 ans auprès de Canadiens âgés initialement de 18 à 49 ans. La régression logistique dont les facteurs d'interaction sont le sexe et les événements stressants de la vie a été utilisée pour évaluer les conséquences de l'adversité durant l'enfance sur le risque de MCV. Dans les analyses secondaires, nous avons évalué les effets médiateurs de la dépression, de l'usage du tabac, de la consommation d'alcool, de l'exercice et du régime alimentaire en utilisant l'approche selon le produit des coefficients. Nous avons subséquemment utilisé la modération médiée pour expliquer les effets modérateurs du sexe. Résultats Il existait une forte association entre l'adversité durant l'enfance et la MCV (ratio d'incidence approché [RIA], 2,14; intervalles de confiance [IC] à 95 %, 1,56-2,94) pour les adversités durant l'enfance 3+. L'association était plus forte avec l'augmentation des événements stressants, et les femmes qui avaient des événements stressants 3+ montraient un risque plus élevé de MCV (RIA, 4,40; IC à 95 %, 1,98-9,75). Aucune association n'était observée chez les hommes. La dépression, l'usage du tabac et le mauvais régime alimentaire influaient partiellement sur la relation entre l'adversité durant l'enfance et la MCV (14 %, 9 % et 9 %, respectivement), mais les différences dans ces comportements n'expliquaient pas complètement les différences liées au sexe lors de l'analyse de modération médiée. Conclusions Les conséquences des événements indésirables durant l'enfance sur la MCV sont amplifiées chez les femmes, particulièrement chez les femmes qui vivent du stress à l'âge adulte, et cette différence n'est pas influencée par la dépression, l'usage du tabac ou le mauvais régime alimentaire. Ces conclusions ont des conséquences importantes sur la compréhension des différences entre les sexes en matière de risque de MCV.

URLhttp://www.onlinecjc.ca/article/S0828-282X(17)30245-3/abstract
DOI10.1016/j.cjca.2017.05.008
Document URLhttp://www.onlinecjc.ca/article/S0828-282X(17)30245-3/pdf