You are here

Portrait de la mobilité intergénérationnelle du revenu pour les immigrants et les non-immigrants au Canada

TitlePortrait de la mobilité intergénérationnelle du revenu pour les immigrants et les non-immigrants au Canada
Year of Publication2020
AuthorsDesrosiers, P.
UniversityL'Université du Québec à Montréal (UQAM)
CityMontréal, QC
Keywordsbdmir, canada, immigration, mobilité intergénérationnelle du revenu, mobilité sociale
Abstract

L'objectif principal de ce mémoire est de dresser un portrait de la mobilité intergénéra-tionnelle du revenu par la concentration d'immigrants dans les quartiers, des jeunes nésentre 1963 et 1985, au Canada. De manière plus précise, on veut mesurer les chancesqu'un enfant puisse gravir l'échelle socioéconomique selon le pourcentage d'habitantsimmigrants dans le quartier où celui-ci a grandi. Pour ce faire, deux bases de don-nées sont utilisées, la Base de données sur la mobilité intergénérationnelle du revenu (BDMIR) et le Recensement de 1981 à 2001. La BDMIR permet d'avoir le revenudes parents lorsque l'enfant est à l'adolescence, ainsi que le revenu des enfants à l'âgeadulte, alors que le Recensement permet d'identifier la concentration d'immigrants parzone géographique fine. Puisque la BDMIR ne permet pas pour l'instant de distinguerles enfants dont les parents sont immigrants ou non-immigrants, nous allons prendre lesdonnées des Recensements canadiens qui nous seront utiles pour identifier la concen-tration d'immigrants par zone géographique fine, soit l'aire de diffusion qui couvre leCanada en entier, en regroupant de 400 à 700 personnes.Nos résultats démontrent que la mobilité est au plus bas dans les régions avec peud'immigrants. Par contre, dans les zones urbaines, on remarque une augmentation dela mobilité pour les quartiers avec peu d'immigrants, tandis qu'il y a très peu de chan-gements pour les régions avec le plus d'immigrants. De plus, nos résultats démontrentque la mobilité diminue avec l'âge et le temps, alors le groupe de 25 à 29 ans et lacohorte de 1963 sont les plus mobiles. /// The main objective of this dissertation is to paint a portrait of intergenerational income mobility through the concentration of immigrants in neighborhoods, young people between 1963 and 1985, in Canada. More specifically, we want to measure the chances that a child can climb the socioeconomic scale according to the percentage of immigrant residents in the neighborhood where he grew up. To do this, two databases are used, the Intergenerational Income Database (IID) and the Census from 1981 to 2001. The IID allows parents to have the same income when the child is at home. adolescence, as well as the income of children as an adult, while the Census identifies the concentration of immigrants by geographic area. Since the IID does not allow for the moment to distinguish children whose parents are immigrants or non-immigrants, we will take the data from the Canadian Censuses which will be useful for us to identify the concentration of immigrants by geographic area, ie dissemination area that covers Canada as a whole, bringing together 400 to 700 people. Our results show that mobility is at its lowest in regions with few immigrants. On the other hand, in urban areas, there is an increase in mobility for neighborhoods with few immigrants, while there are very few changes for the regions with the most immigrants. In addition, our results show that mobility decreases with age and time, so the 25 to 29 year old group and the 1963 cohort are the most mobile.

URLhttps://economie.esg.uqam.ca/diplomes/diplomes-repertoire-des-memoires/
Document URLhttps://economie.esg.uqam.ca/wp-content/uploads/sites/54/2020/02/Desrosiers_Paulnie_MemoireJanv2020.pdf