You are here

Patterns and correlates of prosocial behaviour development

TitlePatterns and correlates of prosocial behaviour development
Year of Publication2009
AuthorsNantel-Vivier, A.
UniversityUniversité McGill
CityMontréal, QC
Abstract

Prosocial acts, such as providing comfort or help, as well as sharing and cooperating with others, are important domains of children's early behavioural repertoire that set the stage for positive social interactions and response to others across the lifespan. While developmental research has provided evidence of associations of childhood prosocial behaviours with later prosociality and various aspects of psychosocial functioning, questions remain regarding patterns in prosocial behaviour development across developmental periods, associations with adjustment, and potential biological forces underlying prosocial responding. The present thesis therefore aimed to identify trends and individual differences in prosocial behaviour frequencies throughout childhood and adolescence, in addition to examining longitudinal patterns of association between prosocial behaviours and externalizing and internalizing problems. Neurochemical bases of prosocial behaviours, specifically serotonergic functioning, were also investigated. Three studies are presented. Study 1 longitudinally described prosocial behaviour development from childhood to adolescence, using multiple informants within Canadian and Italian samples. Participants were boys from low SES areas of Montreal, Canada, as well as boys and girls in Genzano, Italy. Developmental trajectories were estimated based on yearly ratings by mothers and teachers (Montreal, ages 10 to 15) and children and teachers (Genzano, ages 10 to 14). Results revealed that the majority of children, across cultures and informants, followed trajectories characterized by stable or declining levels of prosocial behaviours over time. Low to moderate agreement was observed between informants. Prosocial behaviour development must however be viewed within the broader context of children's behavioural and affective functioning. Study 2 therefore focused on longitudinal associations between prosocial behaviour development and the development of externalizing and internalizing problems. Potential predictors of joint development were also investigated. Using a large, representative sample of Canadian children, prosocial behaviour, physical IV aggression, anxiety, and depression developmental trajectories spanning ages 2 to 11 were modeled based ratings by the person most knowledgeable about the child. A negative association tended to operate between prosocial behaviour levels and levels of physical aggression and depression, while a more complex relationship emerged with anxiety. Child, mother, and family characteristics significantly contributed to the prediction of joint development, with evidence of maternal depression and low family income increasing the likelihood of displaying high levels of prosocial behaviours with high levels of externalizing and internalizing difficulties. Study 3 focused on the neurochemical underpinnings of prosocial behaviours, specifically investigating the impact of acute tryptophan supplementation, and by extension increased serotonergic functioning, on children's laboratory aggressive and prosocial behaviours. Boys with a history of relatively high levels of physical aggression were randomly assigned to a tryptophan supplementation or control condition following a double-blind procedure. Results revealed that boys in the tryptophan condition were more likely to sustain competition with a fictitious opponent during a computerized reaction time game. Boys in the tryptophan condition also showed greater perspective taking, as well as greater instrumental help. Taken together, results of the present thesis provide evidence of both stability and change in prosocial behaviour frequencies during childhood and adolescence. Results also highlight the complex relationship of prosocial behaviours with adjustment, as well as potential contributions of the serotonergic system to the regulation of prosocial responding in children. The present thesis sets the stage for future studies investigating the interplay of psychosocial and biological forces in determining individual differences in prosocial behaviour and related aspects of functioning. /// Les comportements prosociaux, tels que le réconfort et l'aide, ainsi que le partage et la cooperation, sont des domaines importants du répertoire comportemental des jeunes enfants, constituant la base des interactions sociales positives avec autrui tout au long du developpement. Bien que la recherche ait démontré la présence d'associations entre les comportements prosociaux des enfants et leur prosocialité et adaptation psychosociale ultérieures, des questions demeurent quant aux patrons de développement au fil de différentes périodes développementales, l'association des patrons de dévelopment avec l'adaptation, et les forces biologiques potentiellement sous-jacentes à la prosocialité. L'objectif de la présente thèse était donc d'identifier les patrons et les différences individuelles dans le développement des comportements prosociaux au cours de l'enfance et de l'adolescence, ainsi que d'examiner les associations longitudinales entre les comportements prosociaux et les problèmes extériorisés et intériorisés. Les bases neurochimiques des comportements prosociaux, spécifiquement le fonctionnement sérotonergique, ont également été examinées. Trois études sont présentées. La première étude décrit de façon longitudinale les comportements prosociaux au cours de l'enfance et l'adolescence, à l'aide de multiples informateurs et d'échantillons canadiens et italiens. Les participants étaient des garçons provenant de quartiers défavorisés de Montréal, Canada, et des garçons et des filles de la ville de Genzano, Italie. Des trajectoires développementales ont été estimées basé sur des évaluations annuelles faites par les mères et les enseignantes (Montréal, 10 à 15 ans) et par les enfants et les enseignantes (Genzano, 10 à 14 ans). Les résultats ont démontré que la majorité des enfants, au sein des deux cultures et pour tous les informateurs, suivait des trajectoires de comportements prosociaux aux niveaux stables ou déclinants au cours du temps. Un niveau faible à modéré d'accord était présent entres les différents informateurs. Le développement des comportements prosociaux doit toutefois être observé dans le contexte général du fonctionnement comportemental et affectif VI des enfants. La deuxième étude a donc examiné les associations longitudinales entre le développement des comportements prosociaux et des problèmes extériorisés et intériorisés. Les predicteurs potentiels du développement conjoint ont également été étudiés. Les trajectoires développementales (2 à 11 ans) de comportements prosociaux, agressivité physique, anxiété, et dépression ont été estimées à l'aide d'évaluations chez un large échantillon représentatif d'enfants canadiens. Une association négative tendait à être présente entre les niveaux de comportements prosociaux et les niveaux d'agressivité physique et dépression, tandis que des associations plus complexes étaient observées pour l'anxiété. Les caractéristiques de l'enfant, de la mère, et de la famille contribuaient significativement à la prédiction du développement conjoint, la dépression maternelle et un faible revenu famillial augmentant la probabilité de démontrer conjointement un haut niveau de comportements prosociaux et de hauts niveaux de problèmes extériorisés et intériorisés. La troisième étude a examiné les bases neurochimiques des comportements prosoicaux, évaluant spécifiquement l'effet de la supplémentation ponctuelle de tryptophan, ainsi donc de l'augmentation de la sérotonine, sur les comportements agressifs et prosoicaux des enfants en laboratoire. Des garçons présentant un historique relativement élevé d'agressivité physique ont été assignés au hasard à la supplémentation de tryptophan ou à la condition controle, suivant un devis double aveugle. Les résultats ont démontré que les garçons du groupe tryptophan étaient plus enclins à soutenir la compétition avec un adversaire fictic lors d'un jeu compétitif de temps de réaction sur l'ordinateur. Les garçons du groupe tryptophan ont également démontré une plus grande prise de perspective ainsi que plus de comportements d'aide. Globalement, les résultats démontrent la présence de stabilité et changements dans la fréquence des comportements prosociaux durant l'enfance et l'adolescence. Les résultats soulignent également la relation complexe entre les comportements sociaux et l'adaptation, ainsi que la contribution du système sérotonergique à la régulation de la prosocialité. La présente thèse invite les études futures portant sur l'interaction de facteurs psychosociaux et biologiques VII pouvant déterminer les différences individuellles en prosocialité et autres aspects du fonctionnement associés.

Document URLhttp://digitool.library.mcgill.ca/webclient/streamgate?folder_id=0&dvs=1317685866120 863