You are here

Leaving work, leaving home: Job loss and socio-geographic mobility in Canada

TitleLeaving work, leaving home: Job loss and socio-geographic mobility in Canada
Year of Publication2017
AuthorsDenier, N. Genevieve
JournalCanadian Public Policy
Volume43
Pages17 - 35
Abstract

The recent economic downturn magnified a routine occurrence in the Canadian labour market: job loss resulting from an employer downsizing, moving, or going out of business. Nevertheless, even in times of economic expansion, rates of involuntary job loss persist across a wide range of demographic and labour market groups. Moving is one way individuals may respond to job loss, relocating either to cheaper housing or in search of work. Drawing on data from the 1996-2010 Survey of Labour and Income Dynamics, this article examines the relationship between job loss and geographic mobility in Canada and provides evidence on the types of neighbourhoods to which individuals move. The findings establish job loss both as a key life course transition motivating residential mobility and long-distance migration in Canada and as a trigger event that initiates entry into high-deprivation areas. /// Le récent ralentissement économique a amplifié un phénomène déjà courant sur le marché du travail canadien, c'est-à-dire les pertes d'emplois qui résultent de la réduction des effectifs, du déménagement ou de la fermeture d'entreprises. Cependant, même en période de croissance économique, on observe des pertes d'emplois de ce type dans de nombreux groupes démographiques et secteurs du marché du travail. Quand cela se produit, des travailleurs peuvent choisir de déménager pour habiter soit dans un endroit qui leur permettra de réduire leurs dépenses de logement soit dans un endroit où ils chercheront du travail. Dans cet article, à l'aide de données tirées de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu couvrant la période 1996-2010, l'auteure examine le lien entre les pertes d'emploi et la mobilité géographique au Canada, et décrit dans quels types de quartiers ou de zones les travailleurs ayant perdu leur emploi déménagent. Ces résultats montrent que la perte d'un emploi est une étape importante dans le parcours de vie qui entraîne de la mobilité résidentielle et des migrations sur de longues distances au Canada, et également un événement déclencheur qui amène des individus à vivre dès lors dans des zones très défavorisées.

URLhttp://economics.ca/cgi/jab?journal=cpp&article=v43n1p0017
DOI10.3138/cpp.2016-014