You are here

La surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec

TitleLa surqualification professionnelle chez les diplômés des collèges et des universités : État de la situation au Québec
Year of Publication2016
AuthorsBoudarbat, B., and Montmarquette C.
InstitutionCommission des partenaires du marché du travail (Québec)
CityMontréal, QC
Keywordsrapport de projet 2017rp-03
Abstract

La surqualification des travailleurs est une question largement étudiée dans la littérature, ce qui témoigne bien de l'importance du phénomène. Cette préoccupation résulte d'au moins deux éléments. Premièrement, on se demande si la surqualification ne représenterait pas un gaspillage – du moins, en partie – des ressources considérables que la société consacre à l'éducation. Deuxièmement, la surqualification serait synonyme de sous-utilisation du potentiel productif national, puisque les compétences des travailleurs surqualifiés ne sont pas pleinement utilisées. Sur le plan personnel, la surqualification risque de devenir une source de frustration et de faible motivation, car elle est souvent associée à un salaire moins élevé et à une utilisation moindre des compétences acquises à l'école. Sur le plan organisationnel, elle augmente le roulement du personnel, ce qui engendre des coûts au chapitre de l'embauche et de la formation de nouveaux employés. Elle peut aussi donner lieu à des comportements contreproductifs de la part des travailleurs surqualifiés, ce qui pénaliserait les organisations. Dans ce rapport, nous avons brossé un portrait de la surqualification au Québec en traitant de sa fréquence, de son évolution dans le temps, de ses facteurs déterminants et de ses répercussions sur les travailleurs qui possèdent un diplôme collégial ou universitaire. Nous y comparons la situation au Québec avec celle de l'Ontario et de l'ensemble du Canada. Ensuite, nous avons proposé un certain nombre de politiques que nous jugeons à même d'atténuer le phénomène de la surqualification, afin de favoriser le bien-être collectif. Pour les analyses empiriques, nous avons fait appel aux microdonnées de différentes enquêtes: les recensements de 2001 et de 2006, l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et l'Enquête nationale auprès des diplômés (END) réalisée en 2013 auprès des finissants de 2009 et 2010. /// Translation by Google: Overqualification of workers is an issue that has been widely studied in the literature, which bears witness to the importance of the phenomenon. This concern results from at least two elements. First, one wonders whether over-education would be a waste - at least in part - of society's considerable resources for education. Second, overqualification would mean underutilization of the national productive potential, since the skills of overqualified workers are not fully utilized. On a personal level, over-education is likely to become a source of frustration and low motivation, as it is often associated with lower pay and less use of skills learned at school. On an organizational level, it increases turnover, which leads to costs in hiring and training new employees. It can also lead to counterproductive behavior by overqualified workers, which would penalize organizations. In this report, we have painted a portrait of overqualification in Quebec, dealing with its frequency, its evolution over time, its determinants and its impact on workers with a college or university diploma. We compare the situation in Quebec with that of Ontario and all of Canada. Then, we have proposed a number of policies that we believe can mitigate the phenomenon of overqualification, in order to promote the collective well-being. For the empirical analyzes, we used microdata from different surveys: the 2001 and 2006 censuses, the 2011 National Household Survey and the 2013 National Graduates Survey (NGS) of graduates from 2009 and 2010.

URLhttps://www.cirano.qc.ca/en/summaries/2017RP-03
Document URLhttps://www.cirano.qc.ca/files/publications/2017RP-03.pdf