You are here

La dynamique des substitutions linguistiques au Canada

TitleLa dynamique des substitutions linguistiques au Canada
Year of Publication2015
AuthorsSabourin, P., and Bélanger A.
JournalPopulation
Volume70
Abstract

Cet article propose une méthode d'estimation des substitutions linguistiques basée sur le principe de la cohorte fictive et de l'analyse de survie. À partir des données d'un seul recensement, cette méthode permet d'obtenir des taux de substitution linguistique pour différents groupes de population au Canada (selon la langue transmise à la naissance, le statut d'immigrant, l'âge à l'immigration, le niveau d'études) et pour toutes les régions concernées du pays. La robustesse de la méthode est validée en comparant les résultats obtenus à partir des recensements canadiens de 1991, 1996, 2001 et 2006. Les taux de substitution linguistique selon l'âge ou la durée d'immigration sont robustes dans le temps, mais varient significativement selon les groupes de population. Ils sont très faibles chez les immigrants allophones de première génération arrivés au Canada à l'âge adulte, mais peuvent atteindre 90 % dans la seconde génération. Ces taux varient peu d'une région à l'autre du Canada pour les allophones, mais davantage pour les minorités de langue officielle, atteignant dans certains cas des taux comparables à ceux de la seconde génération d'immigrants allophones. Au Québec, où le français et l'anglais constituent deux langues de convergence pour les allophones, la hausse des substitutions linguistiques effectuées vers le français est largement tributaire des changements dans la composition ethnolinguistique de l'immigration. /// This article proposes a method for estimating language shifts based on fictitious cohorts and survival analysis. With this method, data from a single census can be used to obtain language shift rates in different population groups in Canada (by language first learned in childhood, immigrant status, age at immigration, level of education) and in all relevant regions of the country. The robustness of the method was validated by comparing the results obtained with data from the Canadian censuses of 1991, 1996, 2001, and 2006. Language shift rates by age and time since immigration are robust over time, but the rates vary significantly between population groups. They are very low in first-generation allophone immigrants who arrived in Canada as adults, but can reach 90% in the second generation. These rates vary little from one Canadian region to another among allophones, but they vary more in official language minorities, in some cases reaching rates comparable to those observed in the second generation of allophone immigrants. In Quebec, where French and English are both languages of convergence for allophones, the rise in language shifts towards French is largely due to changes in the ethnolinguistic composition of immigration.

URLhttps://www.ined.fr/en/publications/population/population-2015-n4/#tabs-2
Publication Type
RDC
Surveys
Themes
Contract ID
Publication language(s)
Français