You are here

Juggling spheres of life: The provision of unpaid care over the life course and its impact on men's and women's employment trajectories

TitleJuggling spheres of life: The provision of unpaid care over the life course and its impact on men's and women's employment trajectories
Year of Publication2015
AuthorsProulx, C.
UniversityMcGill University
CityMontréal, QC
Keywordselder care, family care, impacts on employment
Abstract

In Canada, an increase in life expectancy and a policy shift regarding community care have probably led to an increase in the number of people who provide care without pay to family members, relatives or friends. The increasing involvement of women in the labour force has raised concerns about their availability to provide care and has informed research on the relationship between caregiving and employment. Since most of the research in this area focuses on women, it is unclear whether traditional gender differences in the division of paid and unpaid labour influence the impact of caregiving on employment trajectories. Several factors, which remain poorly understood, can be invoked to account for the effect of providing care on employment. For instance, likely to influence individuals' employment transitions are the nature of the relationship with the care recipient, the combining of care with full-time versus part-time employment, the simultaneous provision of care to aging parents and young children, as well as the duration of caregiving.The first chapter of this thesis offers a description of caregiving in the population. The retrospective caregiving history collected in the 2007 General Social Survey (GSS) is used to document the proportion of Canadian men and women aged 45 years and over who have ever provided care since the age of 15, the number of people that they helped and their relationship with the care recipients. Using life tables, we confirm an upward trend in caregiving across birth cohorts. Unexpectedly, the findings also show that the provision of care starts at earlier ages in more recent cohorts - a result that appears partly linked to the emergence of new care relationships - and that the gender gap in the provision of care has widened over time.The objective of the second chapter is to examine the effects of the provision of care on individuals' employment trajectories when care is combined with an employment of varying intensity or with childcare responsibilities. Using proportional hazards models applied to the 2006 and 2007 GSS data, it assesses the impact of providing care to a partner, a parent or parent-in-law, another relative or a non-relative on the risk of leaving employment. The analysis shows that providing care to a parent or parent-in-law increases the probability of leaving employment only among women employed full-time and among men and women who have no children or only adult children.The third chapter seeks to discern the impact of providing care on two competing transitions out of full-time employment: leaving employment or transitioning into part-time paid work. Using the 2006 and 2007 GSS data, competing risks models support the idea that women's employment is more likely to be influenced by the provision of care than that of men, given their lower attachment to the labour force. Full-time employed women see their risk of leaving employment increase with parent care. In contrast, men who provide such care are likely to remain employed but to opt for part-time employment in the first year of care. The effect of the nature of the care relationship on transitions out of full-time employment clearly varies according to the duration of care but differently across genders. /// Au Canada, l'allongement de l'espérance de vie et le remaniement des politiques vers le soutien à domicile ont sans doute contribué à accroître le nombre de personnes qui aident des proches ou des amis sans être rémunérés. L'augmentation de la participation au marché du travail chez les femmes soulève des interrogations quant à leur disponibilité à fournir des soins et sous-tend en grande partie les études qui ont examiné la relation entre les soins à autrui et l'emploi. Étant donné que la plupart des travaux dans ce domaine portent sur les femmes, on ne peut être assuré que les différences traditionnelles dans la division du travail rémunéré et non rémunéré entre les hommes et les femmes persistent à cet égard. Plusieurs facteurs, dont l'effet demeure mal compris, peuvent être invoqués pour rendre compte de la relation observée entre prestation de soins et emploi. Par exemple, la nature de la relation avec l'aidé, le fait de cumuler la prestation de soins avec un emploi à plein temps plutôt qu'à temps partiel ou de s'occuper d'un parent tout en ayant de jeunes enfants, ainsi que la durée des soins sont susceptibles d'affecter les transitions professionnelles des individus. Le premier chapitre de cette thèse décrit l'importance de la prestation de soins au sein de la population. En se basant sur l'historique des soins prodigués de l'Enquête sociale générale (ESG) de 2007, nous examinons la proportion d'hommes et de femmes âgés de 45 ans et plus qui ont déjà fourni de l'aide à autrui depuis l'âge de 15 ans, le nombre de personnes qu'ils ont aidées et la nature des liens qu'ils ont avec ces personnes. À l'aide de tables d'extinction simple, nous confirmons l'augmentation de la prestation de soins au fil des cohortes de naissance. Par ailleurs, l'analyse fait ressortir deux résultats plutôt inattendus : soit le fait que les soins commencent de plus en plus tôt au sein des cohortes récentes, un phénomène en partie associé à l'apparition de nouveaux types de relations d'aide, ainsi qu'un écart grandissant entre les hommes et les femmes dans la prestation de soins à autrui.L'objectif du deuxième chapitre est d'examiner les effets qu'exerce la prestation de soins sur les trajectoires d'emploi des individus lorsque ces soins sont cumulés à des régimes d'emploi d'intensités variées ou à des responsabilités parentales. Les données de l'ESG de 2006 et 2007 sont utilisées pour évaluer l'impact de fournir des soins à un conjoint, un parent ou un beau-parent, une autre personne apparentée ou une personne non apparentée sur le risque de quitter son emploi à l'aide de modèles à risques proportionnels. L'analyse montre que le fait de prodiguer des soins à un parent augmente la probabilité de quitter son emploi, mais seulement chez les femmes qui travaillent à plein temps, ainsi que chez les hommes et les femmes qui n'ont pas d'enfants ou qui ont seulement des enfants d'âge adulte. Le troisième chapitre cherche à démêler l'effet de la prestation de soins sur deux transitions concurrentes hors d'un emploi à plein temps : la sortie du marché du travail ou le passage vers un travail à temps partiel. Cette question est abordée à l'aide des données de l'ESG de 2006 et 2007. Les résultats issus des modèles proportionnels à risques concurrents confirment que la prestation de soins exerce un effet plus marqué sur les comportements des femmes, qui ont traditionnellement un attachement plus faible au marché du travail que les hommes. Les femmes qui travaillent à plein temps voient leur risque de quitter leur emploi augmenter lorsqu'elles aident un parent. À l'opposé, les hommes qui fournissent de tels soins ont tendance à demeurer en emploi, mais optent plutôt pour un emploi à temps partiel pendant la première année de soins. Par ailleurs, l'effet que la nature de la relation avec l'aidé exerce sur les transitions hors d'un emploi à plein temps varie nettement en fonction de la durée des soins prodigués, mais de manière différenciée selon le genre.

URLhttp://digitool.Library.McGill.CA:80/R/-?func=dbin-jump-full&object_id=130458&silo_library=GEN01
Document URLhttp://digitool.library.mcgill.ca/webclient/StreamGate?folder_id=0&dvs=1478562471815 8