You are here

The impact of family changes on intergenerational ties, caregiving and care receiving in Canada

TitleThe impact of family changes on intergenerational ties, caregiving and care receiving in Canada
Year of Publication2015
AuthorsMénard, F-P.
UniversityMcGill University
CityMontréal, QC
Keywordsdemography, sociology
Abstract

Les transformations de la parentalité et de la conjugalité observées au cours des dernières décennies au Canada ont entraîné une diversification des parcours de vie conjugale et parentale. Ces changements auront indéniablement des répercussions sur la prestation d'aide aux personnes âgées de demain, plus exactement pour les générations du baby-boom, nées entre 1946 et 1965, qui auront toutes franchi le cap de 65 ans au cours des quinze prochaines années. Malgré le nombre imposant de travaux menés au Canada et ailleurs, les effets de la pluralisation des trajectoires familiales sur le soutien et l'aide fournie aux aînés demeurent incertains. C'est là l'objectif principal de cette thèse qui examine les effets de la diversification des trajectoires familiales sur les liens intergénérationnels et la prestation d'aide aux aînés. Dans le cadre du premier chapitre, on analyse les trajectoires conjugales et parentales que les Canadiens nés entre 1923 et 1972 ont vécues au cours de leur vie afin de faire ressortir les différences qui séparent les diverses cohortes de naissance et qui distinguent les hommes et les femmes. L'analyse repose sur la méthode des tables à extinctions multiples et sur l'exploitation des données de l'Enquête sociale générale (ESG) de Statistique Canada de 2006 (cycle 20) sur la famille. Les résultats montrent que les hommes et les femmes issus des générations du baby-boom ont été beaucoup plus nombreux que leurs prédécesseurs à vivre de multiples transitions conjugales et à le faire plus rapidement. Ils ont également été plus nombreux à ne pas avoir d'enfants. De plus, ils ont été plus enclins que les générations précédentes à connaître la vie en famille recomposée. Dans le deuxième chapitre, on estime l'impact des transformations familiales sur les liens intergénérationnels, mesurés en fonction de la fréquence des contacts que les parents et leurs enfants devenus adultes entretiennent, de même que sur la réception d'aide en cas de besoin. L'analyse s'appuie sur les données de l'ESG de 2007 (cycle 21) sur la famille, le soutien social et la retraite. Les résultats tirés de régressions logistiques multinomiales montrent que le maintien des liens intergénérationnels est largement tributaire de l'histoire familiale des individus. On remarque que la réception d'aide varie également en fonction des parcours de vie des répondants, et que le statut conjugal exerce un effet variable selon le nombre d'unions vécues. Le dernier chapitre a comme objectif d'analyser l'impact des transformations familiales sur la prestation de soins. S'appuyant sur les données de l'ESG de 2007, on mesure si les chances de fournir des soins à un proche (ou à un parent) ayant un problème de santé chronique ou une incapacité varient en fonction des caractéristiques de la famille d'origine des répondants et de leurs parcours de vie conjugale et parentale, et si la nature du lien avec les proches aidés diffère selon les particularités familiales des aidants. Les résultats provenant de régressions logistiques multinomiales séquentielles montrent que certaines caractéristiques de la famille d'origine des répondants, tout particulièrement la présence d'au moins un parent et le fait de vivre à proximité d'au moins un parent, augmentent de façon significative les chances de fournir des soins à un proche et que l'aidé soit un membre de la famille. Les évènements de la vie conjugale et parentale semblent peu liés aux comportements des hommes, mais semblent l'être davantage chez les femmes. On observe que les femmes qui sont séparées ou qui sont veuves sont moins susceptibles de fournir des soins à un membre de leur famille que celles qui sont toujours dans la même union. En somme, les résultats des deux derniers chapitres de cette thèse suggèrent que la diversification des trajectoires familiales, telle que documentée dans le premier chapitre, risque d'affecter dans l'avenir les relations intergénérationnelles de même que l'aide fournie aux aînés. /// Over the last decades, families in Canada have experienced profound changes, marked by the decline in fertility and a rise in conjugal instability. These changes will inevitably affect the provision of care for tomorrow's elderly, more specifically for the large baby-boom generation, those born between 1946 and 1965, who will all have crossed the threshold of age 65 in the next fifteen years. Despite the large number of studies on aging conducted in Canada and in other Western countries, the effects of the diversification of parental and conjugal trajectories on the support and care provided to seniors remain poorly understood. This is the main objective of this dissertation, which aims to examine the effects of family transformations on intergenerational relationships and eldercare. In the first chapter, we analyse the conjugal and parental trajectories that Canadian men and women born between 1923 and 1972 experienced throughout their lives, highlighting the differences observed across cohorts and gender. We run a series of life tables, using data from Statistics Canada's General Social Survey's (GSS) on family transitions (cycle 20), conducted in 2006. Our analysis shows that men and women born during the baby boom were more likely than their predecessors to go through multiple conjugal transitions and to do so earlier in their life. They were also more likely than previous generations to remain childless. Furthermore, they were more inclined to experience family life in a stepfamily. In the second chapter, we first estimate the impact of family transformations on the maintenance of intergenerational ties, measured as the frequency of contact between parents and their adult children. We further examine whether the probability to receive care if needed and the source of care (informal or formal) received due to a long-term health problem or physical limitation are influenced by individuals' parental and conjugal trajectories. We run multivariate logistic regressions, using data from Statistics Canada's 2007 (cycle 21) GSS on family, social support and retirement. Our results show that the maintenance of intergenerational ties varies depending on prior family events. We observe that the reception of care also varies depending on prior family events, and that the effect of current conjugal status depends on the number of unions experienced. In the third chapter, we analyze the effects of family transformations on the provision of care. We run multivariate sequential logistic regressions, using data from the 2007 GSS. These regressions explore the odds of, first, providing care as opposed to not providing care and, second, of providing care to kin (or a parent) rather than to non-kin (or a person other than a parent) among those who did so. Our results show that some characteristics of the respondents' family of origin, most particularly having at least one parent alive and living in geographic proximity to one's parents, strongly increase the odds of providing care and of helping a family member. Our results suggest that individuals' past and current family experience has little effect on the provision of care among men, but has some effect for women. We note that women who were not in a union due to separation or widowhood have smaller odds of providing care to a kin member than those still in their first union. In summary, the results of the last two chapters of this dissertation suggest that the increase of family diversity and instability, as documented in the first chapter, may undermine intergenerational ties and the provision of eldercare in the future.

URLhttp://bit.ly/2exFaDj
Document URLhttp://digitool.library.mcgill.ca/thesisfile132569.pdf