You are here

Immigration et cheminements scolaires aux études supérieures au Canada : qui y va et quand? Une analyse à partir du modèle de risque proportionnel de Cox.

TitleImmigration et cheminements scolaires aux études supérieures au Canada : qui y va et quand? Une analyse à partir du modèle de risque proportionnel de Cox.
Year of Publication2016
AuthorsP. Kamanzi, C., Bastien N., Doray P., and Magnan M-O.
JournalCanadian Journal of Higher Education / Revue canadienne d'enseignement supérieur
Volume46
Pages225 - 248
Abstract

Le présent article vise à analyser les cheminements scolaires de jeunes Canadiens issus de l'immigration qui font des études supérieures. Pour ce faire, nous utilisons le modèle de risque proportionnel de Cox. Les résultats obtenus à partir des données longitudinales de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) montrent que le risque d'accès aux études supérieures est plus élevé chez les étudiants issus de l'immigration que chez leurs pairs dont les parents sont Canadiens de naissance. La différence varie de 3 à 35 points de pourcentage parmi ceux de première génération et de 4 à 13 points de pourcentage parmi ceux de deuxième génération. Par ailleurs, il existe des différences marquées entre les différents groupes d'étudiants issus de l'immigration, en ce qui concerne l'âge d'entrée aux études supérieures, la persévérance et le type de diplôme obtenu à l'âge de 24 ans. Bien que cette différence diminue relativement lorsqu'on tient compte des ressources des parents et des variables associées à l'expérience scolaire de l'élève au secondaire, elle demeure statistiquement significative. /// This article aims to compare the educational pathways of young Canadian immigrants to those of their counterparts from non-immigrant families. To this end, we apply the Cox's proportional hazard risk model. The results obtained from the longitudinal data from the Youth in Transition Survey (YIT) show that, in general, the risk of access to higher education is higher for students with an immigrant background than for their native peers. The variance ranges from 3 to 35 percentage points in first-generation immigrants and from 4 to 12 percentage points in second-generation immigrants. In addition, significant differences within youth with immigrant background were found with regard to the age of higher education entry, their persistence and the type of degree obtained by the age of 24. These differences are relatively reduced when one controls for the parents' resources, as well as the student's secondary school experience but remained statistically significant.

URLhttp://journals.sfu.ca/cjhe/index.php/cjhe/article/view/184865
Document URLhttp://journals.sfu.ca/cjhe/index.php/cjhe/article/download/184865/pdf