You are here

Disease assimilation: The mortality impacts of fine particulate matter on immigrants to Canada

TitleDisease assimilation: The mortality impacts of fine particulate matter on immigrants to Canada
Year of Publication2020
AuthorsErickson, A. C., Christidis T., Pappin A., Brook J. R., Crouse D. L., Hystad P., Li C., Martin R. V., Meng J., Pinault L., van Donkelaar A., Weichenthal S., Tjepkema M., Burnett R. T., and Brauer M.
JournalHealth Reports
Volume31
Pages14 - 26
Keywordsair pollution, démographie, demography, fine particulate matter, immigrant, immigrant health, matières particulaires, mortalité, mortality, pollution de l’air, santé des immigrants
Abstract

Background Immigrants make up 20% of the Canadian population; however, little is known about the mortality impacts of fine particulate matter (PM2.5) air pollution on immigrants compared with non-immigrants, or about how impacts may change with duration in Canada. Methods This study used the 2001 Canadian Census Health and Environment Cohort, a longitudinal cohort of 3.5 million individuals, of which 764,000 were classified as immigrants (foreign-born). Postal codes from annual income tax files were used to account for mobility among respondents and to assign annual PM2.5 concentrations from 1998 to 2016. Exposures were estimated as a three-year moving average prior to the follow-up year. Cox survival models were used to determine hazard ratios (HRs) for cause-specific mortality, comparing the Canadian and foreign-born populations, with further stratification by year of immigration grouped into 10-year cohorts. Results Differences in urban–rural settlement patterns resulted in greater exposure to PM2.5 for immigrants compared with non-immigrants (mean = 9.3 vs. 7.5 ug/m3), with higher exposures among more recent immigrants. In fully adjusted models, immigrants had higher HRs per 10 ug/m3 increase in PM2.5 concentration compared with Canadian-born individuals for cardiovascular mortality (HR [95% confidence interval] = 1.22 [1.12 to 1.34] vs. 1.12 [1.07 to 1.18]) and cerebrovascular mortality (HR = 1.25 [1.03 to 1.52] vs. 1.03 [0.93 to 1.15]), respectively. However, tests for differences between the two groups were not significant when Cochran’s Q test was used. No significant associations were found for respiratory outcomes, except for lung cancer in non-immigrants (HR = 1.10 [1.02 to 1.18]). When stratified by year of immigration, differences in HRs across varied by cause of death. Conclusions In Canada, PM2.5 is an equal-opportunity risk factor, with immigrants experiencing similar if not higher mortality risks compared with non-immigrants for cardiovascular-related causes of death. Some notable differences also existed with cerebrovascular and lung cancer deaths. Continued reductions in air pollution, particularly in urban areas, will improve the health of the Canadian population as a whole. /// Contexte Les immigrants représentent 20 % de la population canadienne; cependant, on en connaît peu sur les répercussions de la pollution de l’air par les matières particulaires (PM2,5) sur la mortalité des immigrants par rapport aux non-immigrants ou sur l’évolution des répercussions depuis leur arrivée au Canada. Méthodes La présente étude est fondée sur la Cohorte santé et environnement du recensement canadien de 2001, une cohorte longitudinale composée de 3,5 millions de personnes, dont 764 000 étaient classées comme étant des immigrants (personnes nées à l’étranger). Les codes postaux tirés des déclarations de revenus annuelles ont servi à évaluer la mobilité chez les répondants et à attribuer des concentrations annuelles de PM2,5 pour la période allant de 1998 à 2016. Les expositions ont été estimées en tant que moyenne mobile de trois ans avant l’année de suivi. Les modèles de survie de Cox ont servi à déterminer le rapport des risques instantanés (RRI) pour la mortalité par cause tout en permettant de comparer les personnes nées au Canada et les personnes nées à l’étranger. Une stratification plus approfondie a été faite selon l’année d’immigration pour des cohortes de 10 ans. Résultats Les différences en ce qui concerne les schèmes d’établissement urbains et ruraux ont entraîné une exposition aux PM2,5 plus élevée chez les immigrants que chez les non-immigrants (moyenne = 9,3 contre 7,5 ug/m3). Les immigrants plus récents affichaient des niveaux d’exposition supérieurs. Dans les modèles entièrement corrigés, les immigrants affichaient des RRI plus élevés par hausse de 10 ug/m3 de la concentration en PM2,5 que les personnes nées au Canada en ce qui concerne la mortalité attribuable à des maladies cardiovasculaires (RRI [intervalle de confiance à 95 %] = 1,22 [de 1,12 à 1,34] contre 1,12 [de 1,07 à 1,18]) et la mortalité attribuable à des maladies cérébrovasculaires (RRI = 1,25 [de 1,03 à 1,52] contre 1,03 [de 0,93 à 1,15]), respectivement. Cependant, les tests en ce qui concerne les différences entre les deux groupes n’étaient pas significatifs lorsque le test Q de Cochran était utilisé. Aucune association significative n’a été décelée en ce qui concerne les résultats en matière de santé respiratoire, sauf dans le cas du cancer du poumon chez les non-immigrants (RRI = 1,10 [de 1,02 à 1,18]). Lors d’une stratification selon l’année d’immigration, les différences entre les RRI des cohortes d’immigrants en ce qui concerne la mortalité attribuable aux PM2,5 variaient en fonction de la cause du décès. Conclusion Au Canada, les PM2,5 constituent un facteur de risque qui touche tout le monde, les immigrants étant exposés à des risques de mortalité semblables, voire supérieurs à ceux des non-immigrants, en ce qui concerne les décès associés à des maladies cardiovasculaires. Des différences remarquables ont également été observées en ce qui concerne les décès attribuables à une maladie cérébrovasculaire ou à un cancer du poumon. La réduction constante de la pollution atmosphérique, surtout dans les régions urbaines, améliorera la santé de l’ensemble de la population canadienne.

URLhttps://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-003-x/2020003/article/00002-eng.htm
DOI10.25318/82-003-x202000300002-eng
Document URLhttps://www150.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2020003/article/00002-eng.pdf