You are here

Blessures professionnelles et détresse psychologique chez les travailleurs immigrants au Canada : une analyse longitudinale de l'Enquête nationale sur la santé de la population

TitleBlessures professionnelles et détresse psychologique chez les travailleurs immigrants au Canada : une analyse longitudinale de l'Enquête nationale sur la santé de la population
Year of Publication2017
AuthorsFournelle, M-A.
UniversityUniversité de Montréal
CityMontréal, QC
Keywordsaccidental occupational injuries, analyse longitudinale multiniveaux, blessures professionnelles accidentelles, détresse psychologique, enquête nationale sur la santé de la population, environnement immédiat de travail, immediate work environment, immigrant workers, multilevel longitudinal regression, national population health survey, occupational health and safety, psychological distress, santé et sécurité du travail, sociologie - travail et relations industrielles, sociology - industrial and labor relations, travailleurs immigrants
Abstract

Le but de ce mémoire est d'étudier l'influence du statut d'immigrant sur la relation entre l'environnement immédiat de travail tel que défini par Karasek et Theorell (1990) d'une part, et la survenue de blessures professionnelles accidentelles (BPA) et la détresse psychologique d'autre part. Nos échantillons (N = 6 448 pour les analyses sur les BPA; N = 5 431 pour celles sur la détresse psychologique) proviennent de données longitudinales des neuf cycles de l'Enquête nationale sur la santé de la population (ENSP) de Statistique Canada (1994-2011) portant à la fois sur des travailleurs immigrants au Canada et sur des travailleurs natifs du Canada. Des analyses multiniveaux longitudinales ne permettent pas de confirmer un effet modérateur du statut d'immigrant pour les BPA ni pour la détresse psychologique. Toutefois, elles indiquent que les travailleurs immigrants sont significativement moins à risque de subir des BPA que les travailleurs natifs, un résultat à contre-courant des tendances décrites dans la plupart des recherches sur le sujet dans plusieurs pays industrialisés, à l'exception notable du Canada. La différence résiderait dans le profil sociodémographique des travailleurs immigrants au Canada qui ont un niveau d'éducation particulièrement élevé, mais rappelle aussi l'importance de considérer la sous-déclaration des BPA chez les travailleurs immigrants, particulièrement en contexte de données auto-rapportées. La probabilité de rapporter dans le temps de la détresse psychologique n'est pas significativement différente pour les travailleurs immigrants par rapport aux travailleurs natifs, mais ce résultat évoque quant à lui l'importance de considérer les différences culturelles dans la perception et l'évaluation de la détresse psychologique. Le fait d'être un travailleur appartenant à une minorité visible augmenterait considérablement les risques d'éprouver de la détresse psychologique, un résultat toutefois complètement médiatisé dès la prise en compte de caractéristiques de l'environnement immédiat de travail. Cette recherche se penche aussi sur les facteurs de l'environnement immédiat de travail (risques psychosociaux, contrat de travail) qui ont une influence sur la probabilité de subir une BPA ou de ressentir de la détresse psychologique dans le temps. Aucun des facteurs étudiés n'a d'impact à la fois sur la survenue des BPA et de la détresse psychologique, ce qui appuie la thèse que l'environnement immédiat de travail s'associe distinctement aux atteintes à la santé physique et mentale chez les travailleurs. /// The goal of this thesis is to study the impact of the immigrant status on the relationship between immediate work environment as defined by Karasek & Theorell (1990) on one hand, and the onset of accidental occupational injuries and psychological distress on the other hand. Our samples include both immigrant workers in Canada and Canadian-born workers (N = 6,448 for analyses on accidental occupational injuries; N = 5,431 for those on psychological distress) come from longitudinal data of all nine cycles of Statistics Canada's National Population Health Survey (1994-2011). Multilevel longitudinal analyses do not make it possible to confirm the moderator effect of the immigrant status on accidental occupational injuries nor on psychological distress over time. However, they show that immigrant workers are less likely to suffer an accidental occupational injury. This result is out of step with most patterns described in research emanating from industrialized countries, with the notable exception of Canada. This could be explained by the sociodemographic profile of immigrants to Canada, who tend to have a particularly high level of education. This result also stresses the importance to consider the under-reporting of occupational injuries by immigrant workers, especially when studying self-reported data. Likeliness of declaring psychological distress over time is not significantly different for immigrant or Canadian-born workers, but this result raises the importance of taking into account cultural differences in perception and evaluation of psychological distress. Being a visible minority worker greatly increases the likeliness of suffer psychological distress, but this result is completely mediatized when considering immediate work environment characteristics. This research also focuses on the factors of immediate work environment (psychosocial risks, work contract) that influence the likeliness to suffer from an accidental occupational injury or psychological distress over time. None of the factors studied impinges both accidental occupational injury and psychological distress, which supports the thesis that immediate work environment is distinctly associated to damage to workers' physic and psychological health.

URLhttps://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/20339
Document URLhttps://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/20339/Fournelle_Marc-Andre_2017_memoire.pdf