You are here

Baby-boom et déclin de la fécondité : l'évolution paradoxale de la fécondité durant les années 1950 au Québec

TitleBaby-boom et déclin de la fécondité : l'évolution paradoxale de la fécondité durant les années 1950 au Québec
Year of Publication2015
AuthorsGauvreau, D., and Laplante B.
JournalBulletin d'histoire politique
Volume24
Pages42 - 55
Abstract

Aborder la question Une époque « glorieuse » ? Les années 1950 au Québec sans parler de la fécondité est presque impensable tant l'augmentation du nombre des naissances au cours du baby-boom est associée à cette période. C'est en effet au cours de celle-ci que le nombre de naissances a atteint un record au Québec, soit plus de 140 000 par année à la fin de cette décennie (1957 à 1960). À titre de comparaison, ce nombre avoisine les 90 000 aujourd'hui alors que la population est deux fois plus importante qu'en 1951 1 . Dès leur naissance, la taille des cohortes nées pendant le baby-boom a posé des défis importants à la société québécoise et aux autres pays touchés par le même phénomène. Ces conséquences persistent encore aujourd'hui alors que ces générations atteignent progressivement l'âge de la retraite et accentuent le vieillissement de la population. L'objectif du présent texte est de fournir un bilan démographique de ce que l'on sait du baby-boom au Québec et de proposer de nouvelles avenues afin de mieux en comprendre l'origine et la signification. L'article est issu d'un projet amorcé en 2013 qui vise à comprendre les causes du baby-boom au Québec, dans une perspective comparée avec le Canada ainsi qu'à l'échelle internationale 2 . Même si le projet ne faisait que commencer au moment du Colloque sur les années 1950, il nous a semblé opportun de mettre en lumière le paradoxe qui caractérise le Québec durant cette période où l'augmentation des naissances a eu lieu alors que la fécondité des couples mariés déclinait. Les pistes envisagées pour tenter d'élucider cette situation inusitée seront esquissées et, à la lumière de résultats obtenus depuis l'automne 2013, nous tenterons d'en identifier certaines qui semblent plus prometteuses. Nous situons ces efforts dans le contexte d'un renouveau international de l'intérêt porté par les démographes aux explications du baby-boom, au moment où de nouvelles données deviennent disponibles pour des analyses plus approfondies du phénomène.

URLhttp://id.erudit.org/iderudit/1033392ar
DOI10.7202/1033392ar
Document URLhttps://www.erudit.org/fr/revues/bhp/2015-v24-n1-bhp02095/1033392ar.pdf