You are here

A study of the causes and consequences of regional income inequality in Canada: A spatial panel data approach

TitleA study of the causes and consequences of regional income inequality in Canada: A spatial panel data approach
Year of Publication2017
AuthorsMarchand, Y.
UniversityMcGill University
CityMontréal, QC
Abstract

From 1981 to 2011, Canada, like many other OECD countries, experienced a sharp increase in income inequality. Using income data from the 20% sample of the long-form censuses and the national household survey, this thesis investigates the changing structure and nature of income inequality across Canadian regions. Analysis of these sub-national geographies of inequality suggest an increasing degree of spatial clustering (both high and low values) of inequality along an east-west divide as well as across the urban-rural spectrum, especially within large metropolitan areas and their surroundings. In fact, over the period of study, I find that large metropolitan areas are the main drivers of the observed increase in inequality at the national level. Levels of inequality in medium and small urban areas are also increasing, whereas on the other hand, for most rural areas inequality appears to remain stable over the last 30 years. To understand the causes of such variations in regional levels of inequality, I develop and estimate a series of spatial panel error regression models. Results suggest that differences in the precariousness of regional labour markets, along with a weak manufacturing sector and increasing inequalities in terms of educational attainment all contribute to more unequal distributions of income. I also identify important differences in these causes across urban and rural regions.Finally, I investigate the effects of income inequality on regional economic growth. Using the standard approach relying on cross-sectional models, the consistent pattern I find is that regions with initially higher levels of inequality do subsequently experience greater average annual growth rates over the long-run (from 1981 to 2011). In contrast, the short-/medium-term responses are different. Results from fixed-effects models point to a negative relationship between inequality and growth. Moreover, across both types of models, I find significant differences between urban and rural regions. /// De 1981 à 2011, le Canada, comme plusieurs pays membres de l'OCDE, a connu une augmentation marquée des inégalités de revenu. À partir des données de l'échantillon 20% du recensement long et de l'Enquête nationale auprès des ménages, cette thèse a pour but d'observer les changements dans la structure et la nature des inégalités de revenu au niveau des régions Canadiennes. L'analyse des inégalités régionales suggère la présence grandissante de pochettes (« clusters ») d'inégalité (avec des valeurs élevées et basses) selon une division est-ouest, mais aussi selon le spectrum urbain-rural, et ce particulièrement à l'intérieur des grandes régions métropolitaines et leurs environs. En fait, au cours des trente années de la période d'étude, j'observe que l'accroissement des inégalités au Canada est principalement lié à la montée des inégalités dans les grandes régions métropolitaines. Les niveaux d'inégalités à l'intérieur des moyennes et petites régions urbaines sont aussi grandissants, alors que les niveaux d'inégalités en milieux ruraux sont demeurés stable au cours de la période d'étude. Avec comme objectif de mieux comprendre les causes des variations dans les niveaux d'inégalités du revenu à travers les régions Canadiennes, j'ai développé et estimé une série de modèles de régression panel spatiale d'erreur. Les résultats suggèrent, entre autres, que les différences au niveau de la précarité du secteur d'emploi, la faiblesse du secteur manufacturier et les inégalités grandissantes dans les niveaux d'éducation favorisent l'accroissement des niveaux d'inégalités du revenu. Il existe cependant, d'importantes différences dans les causes des variations de l'inégalité à travers les régions urbaines et rurales. Finalement, je me suis questionnés à savoir quels effets peuvent avoir des niveaux d'inégalités élevés sur la croissance économique des régions à court, moyen et long terme. En utilisant une approche standard qui s'appuie sur des modèles transversaux, il est possible de conclure que les régions qui possédaient des niveaux d'inégalités plus élevé au départ sont aussi les régions qui connaissent la plus grande croissance économique dans les trente années qui ont suivies. Par contre, cette relation ne s'est pas validée pour le court et moyen terme, alors que les modèles à effets fixes révèlent une relation négative entre inégalité et croissance économique. Une de fois de plus, ces résultats varient selon la division urbaine et rurale.

URLhttp://digitool.library.mcgill.ca/R/-?func=dbin-jump-full&object_id=154632&silo_library=GEN01
Document URLhttp://digitool.library.mcgill.ca/webclient/StreamGate?folder_id=0&dvs=1530735902759 595